#SafeInCustody : Les partenaires du projet partagent les résultats de la recherche sur les pratiques policières à risque.

Mardi, décembre 14, 2021

Five months after commencing our #SafeInCustody project, the APT and partner organisations from Malaysia, the Philippines and Thailand met online to share the results of their baseline studies into risky police practices in the three countries.

The project aims to prevent torture and ill-treatment by identifying, implementing and collaborating on practical strategies to address forced confessions and incommunicado detention.

Having completed their baseline studies, our three country project partners – Suara Rakyat Malaysia (SUARAM), Task Force Detainees of the Philippines (TFDP) and the Cross-Cultural Foundation (CrCF), based in Thailand – met for a peer-to-peer review session on 24 November 2021.

Les participant·e·s ont pu poser des questions, clarifier des problèmes, discuter de méthodologies de recherche, identifier des défis communs et faire le point sur les développements dans leurs pays respectifs. Plus largement, la réunion en ligne a été l'occasion pour les partenaires d'apprendre les un·e·s des autres et de s'encourager mutuellement,

Manachaya Yankittikul, Responsable régionale de projet de l'APT

Par exemple, SUARAM a applaudi les conclusions du CrCF sur son analyse de l'objectif du projet lié à l'amélioration des pratiques de la police par la mise en œuvre de garanties et d'entretiens efficaces.

"La séparation entre les personnes détenues en vertu du code de procédure pénale et des lois spéciales est utile pour l'analyse et plus facile à digérer en tant que lecteur/lectrice. L'explication détaillée des garanties procédurales - telles que l'information sur les droits, la notification de la famille ou d'autres tiers, et l'accès à un avocat·e - est vraiment bien faite", a observé SUARAM. 

De même, le CrCF a été impressionnée par les recherches documentaires détaillées menées par le TFDP qui "a méticuleusement examiné le cadre juridique et les protocoles des autorités concernées dans le traitement des personnes détenues, et a fait une très bonne analyse juridique, en particulier sur l'impact du registre des lieux de détention". 

TFDP a également exprimé son intérêt à en savoir plus sur les recherches de SUARAM concernant la justice pénale en Malaisie et a encouragé SUARAM à se pencher sur la manière dont les autorités traitent les cas de torture pour les personnes détenues par motifs politiques et les personnes accusées de crimes de droit commun. 

Au cours de la discussion, l'APT a souligné l'importance de soulever des questions nouvelles et pertinentes - telles que la disparité entre les sexes dans les nominations de la police, ainsi que le traitement des enfants, des personnes migrantes, des délinquant·es consommateurs de drogues et des personnes détenues par motifs politiques - dans les études de référence.

Shazeera Zawawi, Conseillère principale en recherche et innovation, a souligné les questions pertinentes qui doivent être développées dans les études de référence, comme par exemple: comment commence et se termine la "première heure de garde à vue" dans les trois pays; comment sont définies les "confessions forcées" et la "détention au secret" dans le contexte des partenaires; et comment les partenaires comprennent les "synergies" entre les organisations de la société civile, les autorités et les INDH dans leur contexte. Ces réponses constitueront un tremplin pour la mise en œuvre du projet au cours des trois prochaines années. 

Les études de référence éclaireront le contenu et l'approche des activités nationales et régionales visant à répondre aux défis et aux opportunités identifiés. Elles fourniront également une référence cohérente et fiable par rapport à laquelle nous pourrons évaluer l'impact de nos activités communes.

 

EU

 

 

Financé par l'Union européenne, le projet #SafeInCustody se poursuivra jusqu'en 2024.

Équipe