Les femmes et la prison

Dimanche, mars 8, 2020

"J'étais comme la majorité des femmes là-bas : pour une infraction non violente liée à la drogue. (...) La plupart des femmes du camp étaient pauvres, peu instruites et venaient d'un quartier où l'économie dominante était à peine présente et où le commerce des stupéfiants offrait le plus de possibilités d'emploi. Leurs infractions typiques étaient le petit trafic de drogue, l'utilisation de leurs appartements pour des activités liées à la drogue, le service de coursiers et la transmission de messages, le tout pour un faible revenu". Piper Kerman, Orange est le nouveau noir, Mon année dans une prison pour femmes, Spiegel & Grau, New York, 2011.

Image credit: Shazeera Ahmad Zawawi / APT
Image credit: Shazeera Ahmad Zawawi / APT

Le 8 mars est la Journée internationale des femmes. C'est l'occasion de se pencher sur la question des femmes et de la prison, une question souvent invisible, et de remettre en cause certaines idées et lieux communs. La prison est un monde clos conçu principalement par des hommes pour des hommes. Comment cela affecte-t-il les femmes qui sont détenues ? Depuis 2010, il existe des normes internationales spécifiques pour les femmes détenues, les Règles de Bangkok des Nations Unies de 2010, qui s'efforcent de répondre à leurs besoins et défis spécifiques.

Peu de prisons pour femmes

Les femmes détenues forment une très petite minorité de la population carcérale (5% en moyenne). Ce petit nombre a souvent un impact négatif sur leurs conditions de détention. Il existe très peu de prisons spécifiquement pour les femmes et elles peuvent donc être situées loin de leur domicile. Cela rend les visites de leurs enfants et de leurs proches plus compliquées. Les activités destinées aux femmes, y compris le travail et l'éducation, ne sont souvent ni adéquates ni utiles ou alors basées sur des stéréotypes. Dans la prison préventive de Champ Dollon à Genève, il y a environ 10 femmes et on ne leur propose que du coloriage ou la création de bracelets brésiliens.

Un taux élevé de problèmes de santé mentale

Les besoins spécifiques des femmes en matière de santé sont souvent négligés. De nombreuses femmes en prison ont subi des abus et des violences sexuelles et physiques. Selon des études récentes, 64 % au Royaume-Uni et 94 % en Nouvelle-Zélande des femmes détenues présentaient des antécédents de lésions cérébrales. En outre, l'Organisation mondiale de la santé a signalé des taux élevés de problèmes de santé mentale chez les femmes détenues : anxiété, syndrome de stress post-traumatique, tendance à l'automutilation et au suicide. Les femmes peuvent également avoir une dépendance à la drogue ou à l'alcool et n'ont pas toujours le même accès aux programmes de traitement et de réhabilitation.

Les enfants sont également victimes lorsque leur mère est en prison

De nombreuses femmes détenues sont les seules à s'occuper de leur famille. Leurs enfants sont directement touchés par leur incarcération et sont souvent placés dans des familles d'accueil ou des foyers. Comme le prévoient les Règles de Bangkok, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être pris en compte pour promouvoir la suspension ou des alternatives à la détention pour les mères. Au Brésil, une loi de 2016 sur la petite enfance, complétée par un arrêt de la Cour suprême de 2018, prévoit que toutes les femmes enceintes et les mères d'enfants de moins de 12 ans devaient être assignées à résidence et non détenues en préventive. Le Conseil de l'Europe a également émis une recommandation en 2018 pour favoriser des mesures telles que la détention à domicile, les prisons ouvertes ou les bracelets électroniques pour les mères.

Cette tendance positive devrait être encouragée pour inverser la tendance actuelle à l'augmentation du nombre de femmes détenues. Dans le monde, le nombre de femmes et de jeunes filles en prison a doublé depuis 2000. Les femmes ne devraient pas finir en prison, car elles sont davantage stigmatisées ; la honte et l'impact sur leur famille et leurs enfants est énorme. Cette année, alors que nous célébrons le 10e anniversaire des Règles de Bangkok des Nations unies pour le traitement des femmes détenues, nous appelons donc les États et les acteurs judiciaires à donner la priorité aux mesures non privatives de liberté pour les femmes.

  •