Le MNP rwandais est prêt à se mettre au travail

Mardi, septembre 8, 2020

Suite à la désignation de la Commission Nationale des Droits de l'Homme du Rwanda comme mécanisme national de prévention (MNP) en juin, une équipe de six personnes du MNP au sein de la Commission commencera bientôt à travailler pour effectuer un contrôle indépendant des lieux de détention.

La composition du MNP - qui comprend un directeur et cinq agents - a été officiellement adoptée le 14 août 2020 lorsque le gouvernement a publié les détails du personnel dans le journal officiel.

"C'est une période passionnante pour tous ceux qui sont liés au MNP", a déclaré Ben Buckland, conseiller principal de l'APT, chargé de la surveillance, de l’apprentissage et du développement des compétences.

"En plus des prisons et des postes de police, l'équipe sera chargée d'inspecter les centres de détention pour mineurs, les institutions psychiatriques et les autres lieux du pays où des personnes sont privées de leur liberté", a-t-il déclaré.

"Il est d'une importance vitale de s'assurer que les personnes en détention soient en sécurité et traitées avec dignité, et plus encore pendant la pandémie actuelle".

Le MNP a été créé par une loi en août 2018.

M. Buckland a déclaré que l'APT avait apporté un soutien important aux acteurs nationaux pendant le processus de décision sur un modèle de MNP et lors de la préparation de la loi.

L'APT a également aidé la Commission à réviser sa structure interne pour accueillir l'unité de surveillance indépendante au sein de l'organisation, ainsi qu'à préparer un projet de plan opérationnel et stratégique pour le MNP.

"Le travail d'un mécanisme national de prévention est complexe et il est important que son rôle et son mandat soient soutenus et compris par l'ensemble de l'organisation", a déclaré M. Buckland.

"Nous avons également dispensé une formation sur la conduite des inspections, les entretiens avec les détenu.e.s et la préparation de rapports et de recommandations pour les autorités détentrices afin que le mécanisme national de prévention soit prêt à fonctionner dès le premier jour".

En 2019, l'APT a convoqué une réunion des douze mécanismes nationaux de prévention africains en activité, au Rwanda.

"Il y a cinq ans à peine, il n'y avait qu'un petit nombre de mécanismes nationaux de prévention dans toute l'Afrique, a déclaré M. Buckland. "Il est incroyablement encourageant de voir l'émergence d'autres mécanismes nationaux de prévention, ainsi que le partage de leurs expériences et de leurs idées entre pairs".

"Dans le passé, les bonnes pratiques dont nous parlions si souvent provenaient des MNP d'Europe ou d'Amérique Latine. Il est très encourageant de voir que les mécanismes nationaux de prévention africains partagent désormais ces bonnes pratiques entre eux, et qu'ils informent le travail des Mécanismes Nationaux de Prévention en dehors de la région"