Australie: Le courage d'une détenue fait évoluer la pratique des fouilles corporelles

Mercredi, novembre 24, 2021

L'utilisation de la technologie du scanner pour remplacer les fouilles corporelles des femmes détenues a fait un pas en avant dans une juridiction australienne, suite à un rapport sur un incident critique entrepris par le bureau de l'inspecteur des services correctionnels du Territoire de la capitale australienne (ACT).

Rebecca Minty, l'inspectrice adjointe, a déclaré pour le podcast Perspectives de l'APT que le rapport avait été écrit suite à l’enquête sur la fouille à nu forcée d'une femme aborigène détenue au Centre Alexander Maconochie, à Canberra.

Le jour de la fouille corporelle, la personne détenue- qui avait récemment subi une agression sexuelle et qui souffre également d'une grave maladie cardiaque - s'était vue refuser l'autorisation d'assister aux funérailles de sa grand-mère.

"Elle était très traumatisée et il a été décidé qu'elle devait être placée en observation dans l'unité de soutien de crise de la prison, pour sa propre sécurité", a déclaré Mme Minty à l'APT.

Cependant, elle a refusé d'être fouillée à nu et quatre agents, portant "essentiellement des tenues anti-émeute", sont entrés dans sa cellule pour la fouiller de force. Une lutte prolongée a suivi.

Mme Minty a déclaré que l'examen effectué par son bureau a révélé que, même si la fouille corporelle était justifiée par des raisons de sécurité, les méthodes utilisées par le personnel du centre ont violé les droits fondamentaux de la femme.

Le rapport décrit l'incident comme "dégradant et traumatisant" et recommande l'achat d'un scanner corporel pour éviter le recours aux fouilles à nu à l'avenir.

Mme Minty a déclaré que, bien que le gouvernement de l'ACT n'ait pas encore donné de réponse officielle au rapport, "nous avons entendu qu'ils allaient acquérir deux scanners corporels dans le prochain cycle budgétaire".

Elle a déclaré qu'il s'agissait d'un résultat extrêmement positif et qu'il était dû à la personne détenue, qui a écrit publiquement sur l'épreuve qu'elle a vécue.

Le courage et la force dont elle a fait preuve pour se manifester et s'exprimer ont permis d'obtenir ce changement. Espérons que moins de femmes auront à vivre ce qu'elle a vécu, car il y aura désormais un scanner corporel qu'elles pourront franchir.

Rebecca Minty, Inspectrice adjointe, Bureau de l'inspecteur des services correctionnels du Territoire de la capitale australienn

Mme Minty a déclaré qu'une fois que le gouvernement aura officiellement répondu aux recommandations, le Bureau de l'inspecteur des services correctionnels de l'ACT sera chargé de surveiller leur mise en œuvre.

Ce podcast fait partie de la campagne mondiale de l'APT sur les femmes et la prison, qui vise à promouvoir la compréhension et la mise en œuvre des Règles de Bangkok des Nations Unies. Au cours des trois prochains mois, la campagne se concentrera sur l'utilisation des fouilles corporelles dans les lieux de détention.