Asie-Pacifique: Le forum régional des INDH adopte des lignes directrices pour la prévention de la torture

Mercredi, décembre 15, 2021

Le Forum des institutions nationales des droits de l'homme de l'Asie du Sud-Est (SEANF) a adopté de nouvelles lignes directrices sur la prévention de la torture.

Lancées lors de la conférence annuelle du SEANF le 1er décembre 2021, les directives ont été élaborées en partenariat avec l'APT et éclaireront le travail des six institutions nationales des droits de l'homme (INDH) de la région : Indonésie, Malaisie, Myanmar, Philippines, Thaïlande et Timor Leste.

Le Président de la Commission des droits de l'homme de Malaisie et hôte de la conférence annuelle du SEANF, Tan Sri Othman Bin Hashim a chaleureusement remercié l'APT pour son soutien dans l'élaboration des lignes directrices. Il a également vivement encouragé tous les membres du SEANF à intégrer les lignes directrices dans leur programme de travail en cours. 

Shazeera Zawawi, Conseillère principale en recherche et innovation de l'APT, a déclaré à l'assemblée : "Ces lignes directrices sont uniques en leur genre dans la région, élaborées dans le cadre d'un processus consultatif et démocratique. Elles sont le reflet de l'engagement et de la persévérance des membres du SEANF à poursuivre leur important travail de prévention de la torture. " Elle a réitéré la volonté de l'APT d'aider les membres du SEANF à diffuser et à mettre en œuvre ces directives. 

Kieren Fitzpatrick, directeur du Forum Asie-Pacifique des institutions nationales des droits de l'homme, qui était présent à la conférence annuelle du SEANF, a félicité les six INDH pour l'adoption des lignes directrices et a souligné le soutien continu de l'APF pour travailler avec elles sur leurs efforts de prévention de la torture. 

S'appuyant sur leur expertise, leur expérience et leurs réflexions, les lignes directrices fournissent des suggestions et des stratégies pratiques dans six domaines clés, identifiés et approuvés par les membres du SEANF : se mobiliser pour le changement ; renforcer le droit et la justice ; accroître la transparence dans la détention ; protéger les personnes en situation de vulnérabilité ; promouvoir le bien-être des membres et du personnel des INDH ; et s'engager avec la communauté internationale pour un impact local. 

Les lignes directrices offrent également des orientations et des recommandations sur la manière d'aborder certaines des questions difficiles auxquelles les INDH sont confrontées, notamment en ce qui concerne les droits des personnes migrantes, la lutte contre le terrorisme, les châtiments corporels et le recours aux aveux forcés dans le système de justice pénale. 

Mme Zawawi a fait remarquer que les lignes directrices - dont la conception et la rédaction ont pris trois ans - ne sont pas le seul résultat important de cette collaboration. 

"Le processus d'élaboration des directives est une étape tout aussi importante", a-t-elle déclaré. "Pour développer les directives, les membres du SEANF se sont assis ensemble à la même table pour débattre, réfléchir et chercher un terrain d'entente, sur la base de leurs propres contextes, pratiques et défis. Cette collaboration pratique a permis de jeter les bases des lignes directrices. "

L'APT se réjouit de soutenir les membres du SEANF alors qu'ils commencent à mettre en œuvre les lignes directrices dans leurs pays respectifs, en particulier dans leur important travail de construction de ponts avec d'autres parties prenantes, telles que la police, les autorités détentrices et les organisations de la société civile. 

Équipe