L'isolement cellulaire est plus dur pour les femmes: faut-il y mettre fin?

Lundi, mars 29, 2021
  • L'isolement cellulaire est une expérience particulièrement douloureuse pour les femmes.
  • Les femmes, et de manière disproportionnée celles issues de minorités raciales, sont régulièrement isolées.
  • Les questions de discriminations sexuelle et raciale doivent être examinées de toute urgence.

Sharon Shalev est chercheuse associée au Centre de criminologie de l'Université d'Oxford et contrôleuse de détention.

Quiconque a travaillé avec des femmes en prison vous dira que les "douleurs de l'emprisonnement" sont ressenties de manière encore plus aiguë par les femmes que par les hommes. Cela est particulièrement  évident  dans les unités d'isolement, où une personne est enfermée dans sa cellule pendant 22 à 24 heures par jour. L'hostilité de l'environnement, l'accès limité à un contact humain significatif et à la compagnie, ainsi que les restrictions accrues des contacts avec leurs enfants et leur famille, sont particulièrement difficiles pour les femmes.L'isolement cellulaire est douloureux.

Parmi les effets documentés de l'isolement sur la santé mentale figurent l'anxiété, les crises de panique, la dépression, le désespoir, la colère, le manque de contrôle de ses impulsions, les troubles cognitifs, les distorsions de la perception, la paranoïa, la psychose et un risque considérablement accru d'automutilation et de suicide.

Plus l'isolement dure longtemps, plus les effets néfastes sont susceptibles de se manifester. Cela se reflète dans la disposition de l'Ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus ("Règles Nelson Mandela") selon laquelle l'isolement cellulaire ne doit être utilisé que dans des cas exceptionnels et en dernier recours, et jamais pour une durée indéterminée ou supérieure à 14 jours (Règle 43).

La vulnérabilité particulière des femmes est abordée dans la règle 22 de Bangkok, qui interdit le recours à l'isolement cellulaire pour les femmes enceintes, les femmes avec enfants en bas âge et les mères allaitantes en prison. La règle 23 de Bangkok ajoute que les sanctions disciplinaires infligées aux femmes détenues - y compris l'isolement cellulaire - " ne doivent pas comporter l’interdiction des contacts familiaux, en particulier avec les enfants ".

Cependant, partout dans le monde, des femmes sont régulièrement détenues dans des unités et des cellules d'isolement, parfois pendant de très longues périodes. En Nouvelle-Zélande, mon rapport de 2020 pour la Commission des Droits de l'Homme a révélé que les femmes étaient placées à l'isolement presque deux fois plus souvent que les hommes : 255 instances pour 100 femmes détenues, contre 147 instances pour 100 hommes en 2019. 

Les femmes Māori, en particulier, étaient isolées de manière disproportionnée, représentant un pourcentage stupéfiant de 78 % de toutes les ségrégations dans une ‘unité de gestion’, l'environnement le plus restreint. Les femmes Māori ont également été isolées plus longtemps, représentant 68 % de tous les isolements de plus de 15 jours, la limite fixée par les Règles Nelson Mandela. 75 séjours en isolement (certains concernant les mêmes femmes) en 2019 ont duré plus de 15 jours. 11 ont duré plus de trois mois. Les raisons de l’isolement des femmes incluaient des incidents mineurs, par exemple le fait de jeter une peau d'orange sur le personnel, de jeter une veste sur le personnel et de " donner des coups de poing qui ne se sont pas connectés ." Des actes qui ont été classés comme des agressions et traités comme tels, entraînant de longs séjours dans des conditions extrêmes.

AWCF corridor

Unité de gestion du centre correctionnel pour femmes d'Auckland (AWCF), Nouvelle-Zélande. Photo: Sharon Shalev.

Des constatations similaires de longs isolement de femmes - impliquant de manière disproportionnée les femmes des peuples autochtones et aborigènes et les femmes racisées - ont été faites au Canada, aux États-Unis et en Australie.

Les femmes emprisonnées ont souvent des histoires et des besoins multiples et complexes. Beaucoup d'entre elles ont des enfants. Une étude néo-zélandaise a révélé que 52 % des femmes incarcérées souffraient du syndrome de stress post-traumatique, 75 % avaient des problèmes de santé mentale diagnostiqués et 62 % ont eu des troubles associés à des problèmes de santé mentale et de toxicomanie au cours de leur vie. Deux tiers d'entre elles ont été victimes de violences familiales, de viols et/ou d'agressions sexuelles.

La plupart d'entre elles vivent l'isolement cellulaire comme une expérience profondément traumatisante, qui se répète souvent. L'automutilation est monnaie courante chez les femmes en isolement. Il n'est pas nécessaire d'aller trop loin pour comprendre les effets potentiels du placement d'une personne traumatisée dans des conditions traumatisantes.

Les conséquences de la mise à l'écart des femmes sont prévisibles. Aux taux élevés de problèmes de santé mentale, d'automutilation et même de suicide s'ajoutent les implications plus larges pour les enfants et les familles de ces femmes (en Nouvelle-Zélande, 87% des femmes en prison sont des mères), dues à la réduction des contacts par téléphone et par visite.

Au lieu de "ne pas nuire", l'isolement des femmes encourage le cycle de douleur  que beaucoup d'entre elles ont connu tout au long de leur vie.

Cette situation n'est pas inévitable. Certaines juridictions n'isolent pas du tout les femmes. D'autres les isolent pour des périodes très courtes. En Irlande, par exemple, au cours des six années entre janvier 2014 et janvier 2020, seules huit femmes ont été placées en isolement.

Plutôt que de mettre les femmes à l'écart parce qu'elles sont considérées comme difficiles ou "bruyantes", il faut s'efforcer de comprendre leurs besoins et leurs défis. Le travail corporel, le yoga, la méditation, le jardinage, l'ergothérapie et une variété d'outils sensoriels sont tous utiles pour réduire le stress de l'emprisonnement. Lorsque les choses tournent mal, les pratiques tenant compte des traumatismes, la désescalade et la résolution des conflits fonctionnent mieux que les punitions.

L'isolement cellulaire est particulièrement préjudiciable aux femmes. Son utilisation généralisée doit cesser.

Sharon Shalev

Sharon Shalev est chercheuse associée au Centre de criminologie de l'Université d'Oxford et contrôleuse de détention. Ses recherches portent principalement sur le recours à l'isolement cellulaire et à d'autres pratiques restrictives dans les prisons et autres lieux de détention du monde entier. Elle est également consultante indépendante sur les conditions de détention, les droits de l'homme et l'utilisation et les conséquences de l'isolement cellulaire. Sharon dirige le site web solitaryconfinement.org et tweete depuis @solitary_org.