Le monde que nous voulons - maintenant et après la COVID-19

Jeudi, décembre 10, 2020

La Journée des droits humains est un moment d'espoir. C'est une journée qui nous rappelle ce que nous avons tou-te-s en commun et le monde que nous aspirons à créer ensemble. Alors que nous arrivons à la fin d'une année qui ne ressemble à aucune autre dans la mémoire collective, il est important de réaffirmer notre vision commune d'un monde meilleur.

La Journée des droits humains est un moment d'espoir. C'est une journée qui nous rappelle ce que nous avons tou-te-s en commun et le monde que nous aspirons à créer ensemble. Alors que nous arrivons à la fin d'une année qui ne ressemble à aucune autre dans la mémoire collective, il est important de réaffirmer notre vision commune d'un monde meilleur.

Cette année a également marqué le 75e anniversaire des Nations Unies, avec le lancement par le Secrétaire Général de l'ONU d'une consultation mondiale visant à entendre directement les gens sur leur vision de l'avenir. Plus d'un million d'entre nous ont répondu à cette consultation. Une reprise rapide de la pandémie COVID-19 était évidemment une priorité absolue pour la grande majorité d'entre nous. Mais la manière dont cette reprise se déroulera est tout aussi importante, les gens soulignant la nécessité de la solidarité internationale et la nécessité de lutter contre la pauvreté et les inégalités dans les pays les plus touchés par la pandémie.

La COVID-19 nous a tou-te-s touché-e-s. Cependant, certains groupes de personnes ont été plongés dans des situations d'extrême vulnérabilité. Nous avons vu les disparités dans l'accès aux droits humains fondamentaux - comme l'eau potable et l'assainissement, les soins de santé et l'éducation - se creuser encore plus au cours de l'année.

À l'APT, nous avons pu constater directement l'impact de la pandémie sur les systèmes de justice et de détention. Les personnes privées de liberté ont été particulièrement touchées. Le virus s'est rapidement propagé dans des espaces fermés et surpeuplés. Le mauvais accès à l'eau potable et l'impossibilité de mettre en œuvre les mesures d’éloignement physique entre les personnes privées de liberté - et les personnes chargées de leur garde - ont accru le risque d'infection. Les mesures imposées pour limiter la propagation du virus - notamment l'arrêt des visites des familles et des amis - n'ont fait qu'ajouter au sentiment d'isolement et d'anxiété. Dans certains endroits, elles ont alimenté la peur et la violence.

La COVID-19 a également révélé de graves faiblesses dans nos systèmes judiciaires, certaines procédures - notamment les audiences de garde à vue, qui sont un outil essentiel dans la lutte contre la torture et les autres mauvais traitements - étant soit suspendues soit remplacées par des audiences virtuelles.

Partout dans le monde, de nombreux gouvernements ont imposé des mesures strictes pour empêcher la propagation du virus, notamment en imposant des états d'urgence et des fermetures définitives. Ce qui est particulièrement inquiétant, c'est la force excessive dont les forces de l'ordre de nombreux pays ont fait usage pour faire respecter les couvre-feux et autres restrictions, en particulier dans les quartiers pauvres et marginalisés.

Ces restrictions n'ont pas empêché les gens de descendre dans la rue en 2020, avec un appel urgent et unanime en faveur de sociétés plus justes et plus sûres. Dans de trop nombreux cas, cependant, ces manifestations pacifiques ont été accueillies avec violence par la police et les forces de sécurité, y compris par des dispersions, des passages à tabac, l'utilisation de gaz lacrymogènes et de grenades de désencerclement. Dans certains cas, les manifestant-e-s ont été tué-e-s ou ont disparu.

Malgré ces défis, il y a de bonnes raisons d'espérer. Si la COVID-19 a apporté des restrictions pour nous tou-te-s, elle nous a aussi obligés à penser et à agir différemment. Et les changements que nous avons apportés, nous les avons apportés rapidement. Par exemple, en quelques semaines seulement, certains États ont pris la décision audacieuse de mettre en œuvre des mesures alternatives à la détention, une approche que l'APT et d'autres préconisent depuis des années. Plus généralement, la discrimination, le racisme et les préjugés sexistes ont désormais considérés comme les causes profondes de la violence des forces de l'ordre au sein des Nations unies, dans le cadre d'un mouvement mondial en faveur du changement.

Nous espérons que ces changements contribueront à ouvrir la voie vers une "nouvelle normalité". Toutefois, pour que nos communautés puissent mieux se remettre de la pandémie, nous devons placer la solidarité et la dignité au cœur de nos efforts de redressement.

Nous pouvons le faire. Le changement est possible. Nous n'avons pas besoin de revenir aux anciens schémas après la COVID-19. Nous pouvons tou-te-s contribuer à un monde plus juste, équitable, égal et inclusif. Un monde où la transparence et la responsabilité sont à la base de nos systèmes judiciaires, et où la justice est accessible à tou-te-s. Un monde où "ne laisser personne derrière" n'est pas simplement une aspiration mais une pratique intégrée à nos lois et nos politiques.

À l'APT, c'est le monde que nous voulons - maintenant et après la COVID-19. Et c'est le monde que nous nous efforçons d'atteindre dans notre travail, par le biais de partenariats, de dialogue, d'innovation et, surtout, de solidarité.

Équipe