Société civile

Les organisations de la société civile ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention de la torture. Dans de nombreux pays, les organisations de la société civile effectuent des visites dans les lieux de détention, assurent des services (religieux, sanitaires, juridiques, etc.) ou évaluent les conditions de détention et le traitement des détenu·e·s.

Leur expertise est importante. Celle-ci est régulièrement mise à contribution, par exemple au moment du processus de désignation des mécanismes nationaux de prévention en vertu de l’OPCAT.

Les principaux acteurs de la société civile sont les ONG de défense des droits humains, mais également les centres de réadaptation pour les victimes de la torture et les associations de protection des détenu·e·s et / ou de leurs proches. En participant aux stratégies et aux actions de prévention de la torture, ces acteurs peuvent ainsi se faire l’écho des personnes qui ont été détenues et / ou soumises à la torture. Ces organisations peuvent offrir des observations précieuses et de première main sur la situation des personnes privées de liberté.

La société civile se compose également des comités de détenu·e·s, les groupes professionnels tels que le Barreau des avocats et l’Ordre des médecins, les groupes religieux, les institutions universitaires ainsi que des groupes représentant les réfugié·e·s, les demandeurs·euses d’asile, les migrant·e·s, les femmes, les enfants, les personnes LGBT, les personnes handicapées et les minorités ethniques ou culturelles.