Ne laisser personne pour compte en temps de COVID-19 : Monitoring des établissements psychiatriques

Lundi, juillet 13, 2020

Depuis le début de la pandémie, les risques encourus par les personnes privées de liberté et le personnel des lieux de détention sont particulièrement préoccupants. Bien que les conditions et le traitement des personnes détenues dans des établissements psychiatriques aient probablement reçu moins d'attention de la part du public, ces problématiques font partie des priorités des institutions de contrôle.

En juin 2020, à la demande de nombreux mécanismes nationaux de prévention (MNP) et d'autres institutions de monitoring , l'APT a organisé un séminaire en ligne pour discuter des défis spécifiques et des bonnes pratiques de la surveillance des établissements psychiatriques pendant la pandémie de COVID-19. L'objectif était d'identifier et de discuter des principaux risques posés par la pandémie  pour les conditions et le traitement des personnes en institutions psychiatriques, ainsi que des solutions qui peuvent être efficacement recommandées pour atténuer l’impact de la crise dans ces lieux de privation de liberté.

L'APT a invité une ONG partenaire, Validity, à partager son analyse de la situation avec une soixantaine de contrôleurs de détention de toutes les régions du monde. Steven Allen, co-directeur de Validity, a souligné l'importance de promouvoir, protéger et défendre les droits humains des personnes souffrant de handicaps mentaux et psychosociaux. "Des visites de contrôle du Mécanisme National de Prévention (MNP) dans les établissements psychiatriques et des recherches sur l’utilisation stratégiques des recours en justice  sont nécessaires pendant la pandémie COVID-19, afin de mieux comprendre l’impact de cette crise sur le personnel et les patients", a déclaré M. Allen

Dans les institutions psychiatriques, les personnes sont détenues volontairement ou involontairement, ce qui détermine la légalité ou l'illégalité des mesures de détention. Il y a peu de contrôle sur le caractère potentiellement discriminatoire de certaines mesures et procédures à l'égard des personnes dans ces institutions. Selon Allen, les directives de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la COVID-19  en milieu résidentiel devraient être appliquées, ainsi que les mesures d'atténuation de base. "Les mesures de confinement et d’enfermement dans ces installations sont préjudiciables à la réintégration des personnes dans la communauté, car elles ne peuvent pas maintenir des relations sociales et familiales sur place", a-t-il conclu.

Durant ce séminaire en ligne, les MNP du Brésil, de la Tunisie et du Royaume-Uni ont également partagé leurs expériences avec leurs collèguesLes institutions de surveillance ont discuté des défis que posent actuellement la pandémie COVID-19 dans les établissements psychiatriques, tels que l'accès aux soins de santé généraux pour les personnes se trouvant dans ces établissements, la formation et le renforcement des capacités du personnel, et l’utilisation abusive et illégale des mesures de quarantaine  ou d’isolement. La plupart des MNP assurent la surveillance à distance de ces installations et beaucoup ont repris les visites sur place. Les participants au séminaire ont partagé les défis méthodologiques et les bonnes pratiques liés à la surveillance des établissements psychiatriques, y compris en ce qui concerne l'équipement de protection individuelle (EPI) pour effectuer les visites sur place ; l'importance de contacter le personnel et les autorités, les familles et le personnel médical ; l'accès aux dossiers électroniques et aux questionnaires fournis aux patients ; et les risques de représailles. Dans certains pays, les MNP font également des recommandations politiques clés pour promouvoir des alternatives au placement en institution des personnes souffrant de handicaps psychosociaux.

"Les autorités locales doivent comprendre les conditions dans lesquelles vivent les personnes dans ces institutions", a déclaré M. Daniel Caldeira de Melo, un psychologue expert du MNP brésilien. Dans les établissements psychiatriques tunisiens, les tests ne sont effectués qu'en cas de doute et, dans de nombreux cas, le personnel doit acheter son propre EPP. "Le Mécanisme National de Prévention collecte des données, envoie des lettres aux autorités pour demander des enquêtes et rédige des rapports mensuels", a déclaré Mme Saida Mbarek, Présidente de la Commission sur les Groupes Vulnérables du MNP tunisien. Au Royaume-Uni, le principe de "Do No Harm" a été appliqué. "Comme les visites de contrôle dans les établissements psychiatriques ont été suspendues, le MNP les surveille virtuellement. Cependant, la surveillance à distance nous place devant des dilemmes éthiques", a ajouté M. Mat Kinton, conseiller politique pour la loi nationale sur la santé mentale, Care Quality Commission, UK MNP.

Les mécanismes nationaux de prévention (MNP) jouent un rôle crucial dans le monitoring des établissements psychiatriques, encore plus à l'époque de la COVID-19. La créativité dans la manière dont ils surveillent est positive car elle leur permet de trouver des alternatives à la surveillance physique. Dans son discours de clôture, Barbara Bernath, Secrétaire Générale de l'APT, a réfléchi aux défis et aux opportunités rencontrés par les institutions psychiatriques pendant la pandémie COVID-19 : "Nous devons essayer de tirer le meilleur parti de cette crise : travailler ensemble sur la manière de faire du monitoring et de tirer des leçons des pratiques mises en œuvre par les différents MNP.