Formation sur le monitoring de la police avec le MNP du Sénégal

vendredi, 13 mars 2015

Le MNP sénégalais - l'Observateur national des lieux de privation de liberté - poursuit les efforts de renforcement de sa capacité de monitoring des lieux de détention. En février, l'APT a assisté le MNP dans ce domaine en dispensant une formation axée sur la surveillance de la détention par la police et la gendarmerie.

L’Observateur national des lieux de privation de liberté au Sénégal (Observateur national) est le seul MNP opérationnel en Afrique. Depuis sa désignation en janvier 2012, l’APT lui apporte un appui substantiel pour son bon fonctionnement en espérant qu’une institution efficace au Sénégal va servir de source d’inspiration et d’encouragement aux autres MNP émergeant dans la région. En mars 2013, l’APT avait dispensé une première formation en matière de monitoring de la détention à l’Observateur national et aux membres de son équipe à Dakar. Cette formation comprenait notamment une visite-école à l’une des prisons de Dakar. Depuis lors, le MNP conduit des visites régulières dans les prisons et autres lieux de privation de liberté. Cependant, il a exprimé un besoin de formation renforcée sur les spécificités de monitoring des lieux de détention tenus par la police et la gendarmerie.

Cette formation qui a eu lieu du 23 au 26 février 2015 avait pour but de renforcer les connaissances des membres de l’équipe de l’Observateur national ainsi que leurs capacités en termes d’analyse des situations liées au contexte particulier de détention par la police et la gendarmerie, d’identification des risques possibles de torture ou de mauvais traitements dans ces situations, et de formulation de recommandations pertinentes en vue d’améliorer les conditions de détention. La formation avait également une composante dédiée aux groupes en situation de vulnérabilité qui pourraient être la cible d’abus spécifiques et aux quels le MNP doit prêter une attention particulière dans l’exercice de sa mission.

Par ailleurs, la formation était également une réponse aux besoins exprimés par le Sous-Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture (SPT) dans son rapport de visite au Sénégal, en décembre 2012, où il recommande que « « l’Observateur devrait élaborer des méthodologies pour les visites d’autres types de lieux de privation de liberté qui rentrent dans le mandat du Mécanisme national de prévention, tels que les postes de gendarmerie, les commissariats de police ou encore les établissements de santé. »



Journal Télévisé De La RTS Du Lundi 23 Février... par maxirasta