Échange entre la Suisse et le Sénégal sur la prévention

jeudi, 7 novembre 2013

Le Mécanisme de prévention de la torture du Sénégal est opérationnel depuis moins d’un an. Boubou Diouf Tall, l’Observateur national des lieux de privation de liberté, constate que les défis initiaux du lancement de l’institution ont été surmontés. Il est optimiste quant à l’avenir : « Je souhaite laisser, à l’issue de mon mandat de 5 ans, une institution forte, bien acceptée, reconnue et crédible. »
 

 

« Mon objectif est zéro torture au Sénégal ». Dans cette courte vidéo, l’Observateur national des lieux de privation de liberté au Sénégal, Boubou Diouf Tall, évoque la situation actuelle dans son pays et les priorités de son institution.

Ce nouvel organe de prévention de la torture suscite beaucoup d’espoirs parmi les défenseurs des droits humains au Sénégal et dans le reste de l’Afrique et ils souhaitent que l’Observateur national serve d’exemple aux autres pays de la région, lorsque ceux-ci mettront en place leurs mécanismes nationaux de prévention (MNP) en vertu du Protocole facultatif à la Convention des Nations unies contre la torture (OPCAT).

M. Tall et deux membres de son équipe ont séjourné en Suisse du 21 au 25 octobre 2013 à l’invitation de l’APT. Le programme de leur visite incluait une visite de monitoring dans un centre de détention suisse, menée conjointement avec leur homologue helvétique, la Commission nationale de prévention de la torture (CNPT). La délégation s’est aussi rendue à Berne et a visité le Centre de formation pour le personnel pénitentiaire, à Fribourg. La délégation sénégalaise a également pu assister à la session de l’Examen périodique universel du Sénégal au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

L’objectif de cette visite de travail était de contribuer au renforcement de la nouvelle institution sénégalaise par le biais d’échange d’expériences et de bonnes pratiques avec un mécanisme national de prévention plus expérimenté. L’an dernier, l’APT avait facilité la tenue d’une visite de travail et d’échanges similaire entre le MNP et son homologue français, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté.