Amériques

Les mauvais traitements et la violence institutionnelle restent répandus à travers la région d’Amérique latine, avec certaines pratiques structurelles affectant les droits et la dignité des détenu·e·s. Parmi ces dernières on peut compter surtout le surpeuplement, des infrastructures de lieux de détentions déficientes, un service de santé et éducatif inadéquats, l’utilisation excessive de la détention provisoire ainsi que de force policière pendant des manifestations et l’arrestation. Eu égard à ces défis, certains États ont commencé à réformer leurs pratiques et leurs systèmes de détention, ainsi qu’à établir des mécanismes de contrôle et de suivi.

Nos priorités dans la région sont donc triples :

  • Augmenter l’efficacité du monitoring à travers la mise en place de Mécanismes nationaux et locaux de prévention effectifs et indépendants ;
  • Changer les pratiques de détention, surtout en mettant en place des garanties pendant les premières heures de détention ; et
  • Susciter le débat public sur la prévention de la torture.

L’APT est active dans la région depuis les années 1980 et a ouvert son premier bureau régional en 2010, au Panama. À l’époque, seulement deux des États parties au Protocole facultatif à la Convention de l'ONU contre la torture (OPCAT) dans la région avaient des Mécanismes nationaux de prévention (MNP) fonctionnels. Sept ans plus tard, 11 États ont des MNP fonctionnels et trois de plus ont désigné les leurs. La plupart des pays d’Amérique latine ont bénéficié du soutien et des conseils d’expert de l’APT, dont le Brésil où nous avons une déléguée nationale depuis 2015.

Nous travaillons en collaboration étroite avec nos partenaires nationaux et régionaux, en fournissant entre autres des conseils pratiques et techniques, en faisant du plaidoyer au plus haut niveau pour la mise en œuvre de mesures de prévention efficaces, et en formant des organisations de la société civile, les autorités, des juges et des procureurs.

« Le travail de l’APT a vraiment été remarquable, en ce qu'elle a réussi à mettre tous les différents acteurs autour d’une même table et à les mettre d’accord sur des sujets très complexes. » Maria Luis Romero, Ministre de la Justice du Panama (2017)

Exemples de notre travail dans la région des Amériques :

Régional : Réunion des États d’Amérique latine et des Caraïbes sur l’interdiction de la torture

Brésil : Nous formons des juges sur la manière dont des entretiens d’enquête contribuent efficacement à prévenir la torture et les mauvais traitements

Paraguay : Nous travaillons pour le changement avec le Mécanisme national de prévention